Escale aux Galapagos

 Les Galapagos : une croisière inoubliable

Iles surgies de l'océan il y a quelques millions d'années, situées loin de toute vie humaine (à 1000 km de la côte Equatorienne à l'est, à 1900 km de la côte Californienne au nord, à 5500 km des iles Marquises à l'ouest) , les Galapagos constituent un territoire complètement à part sur notre planète.

Chaque ile de l'archipel constitue un monde à part, avec une faune et une flore spécifique. L'ensemble se visite en quatre parties distinctes avec des croisières de 3 et de 4 jours qui s'enchainent. Cette page couvre la zone ouest, la page suivante celle de la zone nord.

 Arrivée à Baltra

Baltra est un des deux aéroports de l'archipel, à une heure et demie de vol de Guyaquil, aéroport Equatorien le plus proche.

A l'arrivée le contrôle des bagages est effectué par des chiens renifleurs, capables de détecter la présence de nourriture dans les bagages.

Le transfert vers le bateau est à quelques centaines de mètres seulement de l'aéroport. On y prend tout de suite contact avec les particularités du pays en voyant le bus faire des zigzags pour éviter les iguanes dormant au milieu de la route.

.

A l'arrivée au ponton, l'embarquement se fait sans perturber les locaux !!

Au pied du ponton, on fait connaissance avec les zodiacs qui vont nous transporter tout au long de la croisière, où aucun débarquement à quai n'a lieu. A l'arrivée au bateau, on prend possession de notre cabine, 13 m2 avec deux grandes fenêtres couvrant le grand coté. Lits confortables, mais il manque des endroits où pendre des habits, ce qui va nous manquer après les épisodes de pluie.

.

On fait ensuite connaissance avec l'équipage lors d'un cocktail fort sympathique, où le programme pour l'après midi nous est présenté. 

Les participants sont en forte majorité Américains, avec une dizaine de sud Américains. Aucun Européen à part nous.

On fait aussi connaissance avec Billy Chiquito, guide naturaliste qui va nous accompagner tout au long de cette croisière.

C'est un guide de niveau 3, le plus élevé dans la hiérarchie du parc. Il a fait des études de biologie à Paris et parle parfaitement le Français. Ses commentaires ont toujours été particulièrement précis et ont doublé le plaisir de nos excursions.

 Mosquera Islet

On démarre vite après le déjeuner par un débarquement sur la plage de Mosquera Islet, petite ile non habitée, comme la plupart des iles de l'archipel. On y trouve une quantité d'otaries peu farouches et d'iguanes marins tout à fait indifférents à notre passage. Le sable blanc provient de la décomposition de coraux. Très beau début de croisère.

 Egas Port

Cette ile porte le nom d'un colon qui y expoita une mine de sel dans les années 1930, activité qui périclita et fut abandonnée, laissant l'ile déserte. Le sable noir provient de la destruction des roches volcaniques. On y trouve quantité d'iguanes et de colombes des Galapagos.

Dans les grottes communiquant avec la mer, les otaries se laissent bercer par les vagues dans des siestes fabuleuses.

 Rabida Island

Ile volcanique constituée de roches rougies par l'oxyde de fer, habitée par de nombreux otaries. 

L'île abrite plusieurs espèces différentes de bouvreuil typiques des galapagos, objet d'une des premières études de Charles Darwin. 

Il y pousse de nombreux figuiers de barbarie, dans des conditions parfois insolites.

 Urbina Bay

Situé à l'ouest de l'île d'Isabela, ce site abrite des tortues géantes et de nombreux iguanes, dont certains à peau jaune.

 Tagus Cove

Toujours sur l'île d'Isabela, cette baie permet d'accéder au lac de Darwin, baptisé ainsi après la visite de ce naturaliste.

Les falaises qui la bordent abritent des colonies de pélicans et de pingouins.

En montant au lac, on trouve des graffitis laissés par des marins au XIX ème siècle.

 Espinosa Point

Espinosa point est un des sites les plus intéressants de l'île de Fernandina. Elle abrite notamment une énorme colonie d'iguanes marins largement étalés sur les roches volcaniques. Il y pousse des cactus de lave, implantés dans des conditions difficiles.

 Santa Cruz, Highland tortoise reserve

Santa Cruz est une des iles habitées, avec un centre ville très touristique sans charme particulier. De là on se rend à la Highland tortoise reserve. C'est une propriété sur laquelle vivait au naturel des tortues géantes. Le parc naturel des Galapagos, qui a la haute main sur toutes les activités de l'archipel a conclu un accord avec le propriétaire en l'autorisant à faire payer un droit d'entrée et d'aménager un petit commerce touristique moyennant son engagement à préserver l'habitat des tortues. Celles ci, qui peuvent vivre jusqu'à 200 ans et dépasser les 200 kg vivent en entière liberté et les femelles migrent dans le voisinage pendant la saison de ponte, laissant les mâles au domaine.

 Suite avec les îles de l'est                                                                                                        retour escales